Libye ! Le casse tête !

Dossier : Libye: le pire n’est peut-être plus à venir?

La Libye fait partie du Maghreb ; 3 grandes régions se départagent son territoire: la Tripolitaine au nord ouest, la Cyrénaïque à l’est, et le Fezzan au centre .

Sa population arabo berbère, musulmane sunnite, est difficile à chiffrer ( 7 à 8 millions d’habitants?) se concentre sur les côtes, le reste est désertique. Les grandes villes sont Tripoli, Misrata , Syrte, Benghazi et Tobrouk . Les ressources reposent essentiellement sur le gaz et le pétrole.

L’influence de la Révolution des Jasmins

Colonie italienne, puis monarchie de courte durée, la Libye devient une république arabe sous la férule de Khedafi . Tentés par le vent de liberté qui souffle sur la Tunisie en janvier 2011, les Libyens fomentent des insurrections qui évoluent en guerre civile. Le pays s’auto proclame en 2011 :”un état démocratique dont les pouvoirs dépendent du peuple, fondé sur le pluralisme politique et religieux et sur la charia”.

Le dernier terme, la charia, n’est-il pas en contradiction avec le reste de cette proclamation?

Des institutions difficiles à gérer

Un conseil de transition ( CTN) est institué et gouverne jusqu’à la réunion d’une assemblée constituante chargée d’élaborer une constitution qui sera soumise à un référendum. En attente!

En 2012 un congrès général national est élu , il remplace le CTN , mais ne parvient pas à s’imposer face à des milices armées , tribales, régionales, comme celles de Misrata , ville portuaire , celles de Zintan à l’intérieur, ou encore celles des extrémistes religieux , téléguidées par les Frères Musulmans de Md Sawan, infiltrés par les services secrets turcs, mais moins influents après leur échec aux élections législatives de 2014.

Le chaos

Les terminaux gaziers et pétroliers sont à l’arrêt; les ambassades françaises et américaines sont attaquées. Assassinats, enlèvements, tortures, trafics d’armes, marchandages d’êtres humains( dont des migrants emprisonnés, et rançonnés)constituent le lot quotidien des civils libyens. Les ports deviennent la plaque tournante de l’immigration clandestine avec la complicité de quelques ONG , qui défiant Frontex ( sorte de brigade des frontières sous la responsabilité de l’ UE),sont de mèche avec les passeurs pour motifs “humanitaires”, comme elles disent!

Daech , profitant de l’instabilité, installe ses quartiers d’hiver à Misrata, Sabratha et Syrte. La communauté internationale , en particulier les USA, la France , l’Angleterre et l’Italie dont les gouvernements font l’objet de polémiques à propos de l’immigration, ne reste pas indifférente à cette situation. L’UA (l’union africaine) sous l’impulsion de Denis Sassou N’Guesso , président du Congo, la Ligue arabe, la Tunisie , débordée sur sa frontière sud par l’immigration libyenne, lancent également des propositions de paix.

L’accord de paix de Tunis

En décembre 2015 la Tunisie élabore un accord de paix, qui curieusement sera signé au Maroc, visant la réconciliation des 2 parlements des 2 camps rivaux, Tripoli et Tobrouk, sous la houlette d’une personnalité indépendante et discrète Fayez el Serraj, qui prend la tête d’un Conseil Présidentiel. Sur le terrain, hélas, l’impact de cette réconciliation se fait attendre.

Fayez saura-t-il composer avec le général Kalifa Haftar soutenu par les Russes, les Chinois et les Egyptiens ? Haftar, l’homme fort , qui à la tête de l’ANL ( armée nationale libyenne) a délogé de son territoire l’état islamique, grâce à des alliances entre milices rivales ? Haftar, celui-là même qui a repris le contrôle des terminaux pétroliers et gaziers et les a remis en marche?

L’intervention française.

E .Macron , imbu de ses prérogatives jupitériennes, n’a pas manqué de saisir une nouvelle occasion de s’imposer sur son Olympe internationale! ( cf, son périple en Europe pour défendre son point de vue sur la réforme du statut des travailleurs détachés, que nous autres au Fn, voulons carrément supprimer !).

A peine élu, il organise une rencontre à la Celle -Saint Cloud fin juillet 2017 entre Fayez et Haftar; il leur arrache un cessez le feu et la promesse de nouvelles élections en 2018.

Dans la foulée, le ministre des AE , Jean -Yves Le Drian se rend , début septembre 2017 , en Libye, pour vérifier l’application du cessez le feu , et compte sur le soutien de l’Italie, irritée de cette réunion à la Celle-Saint Cloud, à laquelle elle n’avait pas été conviée , alors qu’elle subit de plein fouet les arrivées massives de migrants en provenance de Libye. Le ministre apporte dans sa hotte un nouveau projet: la création de “hot spots” , ou centres avancés d’examens de demandes d’asile, d’abord au Niger , au Tchad, puis en Libye dès que ce sera possible. Cette initiative pourrait être positive, si les demandeurs d’asile qui ne sont pas acceptés sont effectivement reconduits chez eux.

Ressenti personnel

*Ce qui m’impressionne le plus , c’est la volonté évidente des différents camps à s’approprier les institutions existant dans tous les pays démocratiques et leur incapacité tout aussi évidente à les faire fonctionner.

*La Libye n’est pas encore un pays, et encore moins une Nation , mais un agrégat de tribus nomades qui règnent par la force et l’influence orale. Elle a tout à apprendre des rouages politiques. Khédafi buvait le lait de chamelle avec elles sous la tente, mais il les tenait dans sa main.

*Fayez et Haftar qui se partagent aujourd’hui la légitimité du pouvoir sont condamnés à s’entendre; leur personnalité fort différente devrait être un atout majeur pour l’émergence de cette jeune république qui se veut démocratique, que les Libyens et la communauté internationale appellent de tous leurs vœux.

Marie-José Conte
Tunis le 23/09/2017
conseillère municipale et communautaire

Lien Permanent pour cet article : http://vrbm.poweredbyclear.com/flexshare/vrbm/?page_id=7222