«

»

Déc 12

Noël 2018: La France en morceaux…


Trois étapes:

Le samedi 17 novembre 2018 début du soulèvement des gilets jaunes: ils bloquent pacifiquement ronds points, péages et centres villes. L’augmentation des taxes sur les carburants en est l’élément déclencheur; mais le mal est plus profond et le peuple français , «la France d’en bas», comme disait déjà Raffarin en 2000, prend conscience du mépris avec lequel il est traité par le président et sa cour: bas salaires, taxes maximales tous azimuts, retraites insuffisantes, rabotées, inégalités salariales criantes, classe politique déconnectée de la réalité de la vie quotidienne, aucune consultation citoyenne sur des décisions importantes concernant les Français etc… Le mouvement s’amplifie, les casseurs interviennent dans les manifs au grand dam des gilets jaunes: scènes de violences à Paris les 1 décembre ( voulues?) et à un degré moindre, le 8 décembre.

La violence dans l’action est contagieuse, mais l’exaspération liée au silence du gouvernement est tout aussi contagieuse et tout aussi coupable.

Lundi 10 décembre Macron s’adresse aux Français même pas en direct ( le jour est manifeste derrière la photo du président, or à 20h, il fait nuit! ), le ton est ampoulé, le manque de naturel évident, le repentir, à la limite du ridicule, les promesses, de l’enfumage….très subtile: il répartit quelques miettes pour casser le mouvement et diviser les Français. Opération mitigée: quel crédit faut-il accorder aux sondages, quand on sait que les instituts de sondages ne sont pas tous indépendants?

Lundi 10 décembre le secrétaire d’état aux Affaires étrangères, Jean Baptiste Lemoyne (ex-Sénateur LR) signe à la place de Macron le Pacte de Marrakech qui, sur les recommandations de l’ONU, livre l’Europe et la France par conséquent, à la submersion migratoire; de nombreux pays ont refusé de le signer, mais pas la France, le RN et une immense partie des gilets jaunes y sont opposés, mais n’ont pas été consultés. Les conséquences sont dramatiques, en matière de démographie, de coûts, de bouleversements identitaires, de sécurité.

Les miettes que Macron a accordées aux gilets jaunes vont faire basculer la France au-dessus du seuil de déficit autorisé par l’UE; mais est-elle en capacité d’évaluer le coût de ces futures migrations forcées ?

Dernière étape, non prévisible celle-là, l’attentat du 12 décembre à Strasbourg, sur le marché de Noël par un «voyou» fiché S, 29 ans, Chérif Chekatt; né à Strabourg, d’origine maghrébine qui  a fait l’objet de 27 condamnations et de  5 ans de prison.

Le périmètre est bouclé, le voyou blessé est en fuite, il a déjà plusieurs morts à son actif et 13 blessés, dont certains très gravement. Un délinquant français bien connu des services de police, comme c’est souvent le cas… Merah, Coulibaly, Abdel Kermiche ( l’assassin du père Hamel) et j’en passe… Radicalisé (certains quartiers de Strasbourg sont vérolés par le salafisme), il nargue la police, connaît la ville comme sa poche et se moque de la mort, la sienne et celle des autres.

A l’heure actuelle ( il est 9h ), nous ignorons tous comment cette tragédie va se terminer mais ce que je constate une fois de plus c’est que la Constitution de notre sacro saint état de droit est inadaptée à ce genre de situation. Les délinquants étrangers et leurs familles n’ont rien à faire chez nous, fichés S ou non; ceux qui sont Français doivent être déchus de leur nationalité et reconduits dans leur pays d’origine avec leurs familles ; et le droit du sol doit être supprimé, les mosquées salafistes fermées et les prédicateurs renvoyés dans leur pays d’origine.

Voilà 20 ans que le vivre ensemble est un leurre, maintenant c’est un danger permanent, alors imaginez ce que deviendra la France quand les nouvelles vagues de migrants arriveront.

Seul le RN a le courage de ses opinions, les assume avec une constance méritoire et les portera haut et fort aux élections européennes.

Marie-José Conte

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://vrbm.poweredbyclear.com/flexshare/vrbm/?p=9754