«

»

Oct 24

Braquage à l’école !

Braquage à l’École

Non, vous n’avez pas rêvé, ce n’est pas le titre du dernier roman policier à la mode, il s’agit d’un fait bien réel, survenu dans un lycée de Créteil (94): un tel acte ne pouvait laisser indifférente le professeur de lettres retraitée que je suis depuis 2003 et la militante élue du RN.
Ce qui m’interpelle c’est l’attitude de cette collègue qu’on pourrait interpréter de plusieurs manières: ou bien elle est en état de sidération, tant elle est surprise, ou bien elle fait preuve d’un sang froid extraordinaire et ne veut pas donner plus d’importance qu’il ne le mérite à cet élève hystérique, ou encore elle s’apprête à obéir à son injonction: le marquer «présent» alors qu’il est arrivé en retard! Le tout sous le regard complaisant du copain du braqueur qui photographie la scène avec un voyeurisme gourmand. Dans quelle société vivons-nous, et quelle éducation ont reçue ces 2 jeunes?
Les enseignants travaillent depuis des années dans certains établissements la peur au ventre: incivilités, agressions, menaces de mort, aussi bien de la part des élèves que des parents qui en tant qu’électeurs et consommateurs de l’école se l’approprient comme ils le feraient d’un territoire à conquérir.
La montée du communautarisme ces 10 dernières années rend les conditions de travail encore plus difficiles pour les enseignants complètement «largués» par leur hiérarchie, soucieuse de l’image de marque de l’établissement. Le niveau n’a cessé de baisser et mettre l’arabe en première langue ne va pas résoudre le problème du niveau général des élèves ni mettre fin au laxisme disciplinaire : arrêtons de trouver toujours une excuse à ceux qui se comportent mal.
Quant au «vivre ensemble», credo tout aussi nocif que le #PasDeVague, terreur des directeurs  ( ils craignent pour leur carrière et la réputation de leur établissement) c’est une illusion à laquelle les partenaires de l’éducation dernière génération feraient bien de réfléchir : on ne peut pas intégrer des jeunes qui ne respectent pas les lois de la république ( tenues vestimentaires, attitudes, dérives verbales, refus d’apprendre, propos haineux envers le pays d’accueil etc.): ils n’ont rien à faire chez nous ni eux ni leurs familles. On ne peut pas faire faire des études de force en lycée à des jeunes qui ne veulent, ni ne peuvent étudier, il faut leur proposer autre chose et surtout les encadrer très vigoureusement. Dans certains pays c’est l’armée qui s’en charge et ça marche: ils retrouvent des repères et bénéficient d’une formation qui débouche sur un emploi.
Le RN par le biais du Forum /Éducation a fait des propositions concrètes: retour aux fondamentaux dans toutes les classes, formation des maîtres plus approfondie et plus concrète, petits effectifs en primaire pour tous, pas seulement en zones difficiles etc.

Quant à «la reconquête des territoires perdus de la république», annoncée par le nouveau ministre de l’intérieur, nous la considérons comme un joli coup de com, même pas original à vrai dire ( ça fait au moins 10 ans qu’on en parle et le nouveau plan Borloo va faire un flop -aux frais du contribuable- comme d’habitude !) et nous sortirons en temps voulu nos mètres et ficelles pour en mesurer la progression !!

Marie-José Conte

Lien Permanent pour cet article : http://vrbm.poweredbyclear.com/flexshare/vrbm/?p=9489