«

»

Oct 15

Lettre ouverte au Maire de Vichy

Lettre ouverte

Monsieur le Maire, je me suis installée à Vichy il y a 7 ans; cette ville m’apparaissait plutôt agréable, paisible, douce à vivre: belle architecture, parcs et bords de l’Allier (que beaucoup de villes pourraient nous envier) centre commercial , cafés vivants etc.

Le centre ville où je réside a malheureusement pris, au fil des années, un autre visage, celui “d’une cour des miracles”!

La mendicité est devenue habituelle le long des trottoirs (rue Clémenceau en particulier) : une faune débraillée, avinée parfois avec de nombreux chiens, laisse les passants, surtout les touristes ou curistes, pantois devant un tel laisser-aller. Vichy est une ville thermale, il serait urgent de s’en souvenir!

D’ailleurs, les réflexions des résidents comme des touristes ou curistes ne laissaient aucun doute quant à leur désapprobation.

La place de la poste, la rue de l’Hôtel des postes ainsi que la place Lasteyras, font la part belle à cette joyeuse équipe, quand ce ne sont pas les dealers qui opèrent en toute impunité en plein jour.

Vichy a un potentiel touristique réel, mais elle est entrain de mourir ( malgré les travaux qui ont été effectués dans certains secteurs, je le reconnais ), étouffée par le laxisme notoire des autorités communales. Ces jeunes ou moins jeunes, désœuvrés, donnent de notre ville une image des plus négatives. De plus nos promenades deviennent hasardeuses ( et cette fois-ci il ne s’agit plus du revêtement des trottoirs particulièrement glissants des rues en question!) , mais d’une autre forme de dangerosité qui touche tout le monde , en particulier les plus fragiles et les plus âgés : l’insécurité.

Il serait urgent d’inciter ces nouveaux “troubadours” à aller jouer ailleurs: c’est le rôle du Samu social et des associations qui travaillent en cheville avec lui ( lesquels reçoivent des subventions grâce à nos impôts locaux déjà très élevés !) de prendre en charge ces personnes, et dans le cas contraire, cela ne ferait que déplacer le problème sans le résoudre.

Le centre ville retrouverait ainsi son aspect tranquille et paisible, celui d’un lieu de passage, où il fait bon de s’asseoir à une terrasse après quelques heures de shopping.

Si rien n’est fait dans ce sens, monsieur le maire, les rixes et les bagarres vont commencer et ce sera plus difficile de les arrêter.

Je vous prie d’agréer, monsieur le maire, mes respectueuses salutations.

G Lebrun

NB : Depuis l’écriture de cette lettre ouverte des incidents se sont produits sur la place. Faut-il qu’il y ait un drame pour que des mesures efficaces soient prises.

 

Lien Permanent pour cet article : http://vrbm.poweredbyclear.com/flexshare/vrbm/?p=7323