«

»

Avr 22

Journée de la Déportation 24 avril 2016

DrancyLa Journée Nationale du Souvenir …

Loi 54-415 du 14 avril 1954

Un peu d’histoire.

Au cours des années 50, les plaies de la guerre étaient loin de s’être refermées; les anciens déportés et les familles de tous ceux qui n’en étaient pas revenus firent pression sur les élus pour que soit inscrite au calendrier des commémorations une célébration nationale afin de préserver la mémoire de la déportation . Le sénateur Edmond Michelet , résistant au sein du réseau Combat, lui-même ancien déporté à Dachau se fit leur porte-parole . L’Assemblée nationale et le Conseil de la République après délibération adoptèrent le principe de cette loi et le Président de la République la promulgua en ces termes:

Article 1: la République française célèbre annuellement le dernier dimanche d’avril la commémoration des héros , victimes de la déportation dans les camps de concentration au cours de la guerre 39/45.

Article 2:Le dernier dimanche d’avril devient«Journée Nationale du Souvenir des Victimes et des Héros de la Déportation». Des cérémonies officielles évoqueront le souvenir des souffrances et des tortures subies par les déportés dans les camps de concentration et rendront hommage au courage et à l’héroïsme de ceux et de celles qui en furent victimes .La présente loi sera exécutée comme loi de l’État.

Fait à Paris le 14 avril 1954

Par le Président de la République René Coty

Par le Président du Conseil des ministres Joseph Laniel

Par le Ministre des finances et des affaires économiques Edgard Faure

Par le Ministre des Anciens combattants et des victimes de guerre André Mutter

La loi se fixe clairement plusieurs objectifs:

  • informer inlassablement le citoyen français sur ce qu’a été la déportation: un anéantissement scientifique , voulu, de millions de gens innocents , à cause de leurs opinions, leur race, leur religion, leur nationalité, par la torture, la faim, le froid, les parasites, des travaux de galériens, des coups etc.
  • L’inciter à réfléchir de façon à ce que plus jamais cela ne se reproduise.

L’organisation de cette journée est parfaitement cadrée pour tout le pays:

Chaque département reçoit un message du préfet invitant les municipalités et les associations de déportés à participer aux commémorations diverses proposées dans les communes; les Rectorats envoient des consignes identiques aux chefs d’établissement , qui avec leurs élèves et les enseignants y participent également. Ce qui donne souvent à ces derniers l’occasion d’ouvrir une page d’histoire avant la commémoration , d’apprendre un chant ou de visionner un film avec un jeune public , curieux et avide de connaissances.

Certes depuis 2001, le texte du ministère de l’Éducation nationale n’est plus inscrit au B.O ( bulletin officiel) , mais la Journée Nationale du Souvenir figure à sa place sur le calendrier du site web du ministère : education.gouv.fr

Bref, le Souvenir ne disparaît pas, il s’adapte à notre époque!

Marie-José Conte

Secrétaire départementale du Collectif Racine

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://vrbm.poweredbyclear.com/flexshare/vrbm/?p=4303