«

»

Avr 04

Colloque sur la représentation syndicale

 

Colloque-SynLe samedi 2 avril 2016 se tenait le colloque sur « la nécessaire réforme de la représentation syndicale et le développement des organisations professionnelles en France ». Organisé à l’initiative de Louis Aliot par la Fondation pour une Europe des Nations et des Libertés, cette journée ponctuée d’interventions et de débats se déroulait à Paris dans le cadre magnifique de la maison de l’Amérique Latine située en plein cœur du 7 ème arrondissement de la capitale. Ce colloque fut particulièrement remarquable de par la qualité de ses intervenants. En effet, outre l’énergique Thibault de la Tocnaye qui animait les débats on pouvait remarquer la présence de Michel Thooris secrétaire général du syndicat France Police, de Corinne Berthaud spécialiste de la violence au travail et écrivain, de Laurent Bras délégué Force Ouvrière ou encore de Mikael Sala un entrepreneur ancien cadre de la CGPME et président du Collectif Croissance Bleu Marine.

Avec un taux de syndicalisation moyen inférieur à 8% (17% dans le public et 5% dans le privé) alors qu’il est en moyenne de 23% dans les autres pays de l’Union Européenne le syndicalisme français se porte mal. Ajoutez à cela un système représentatif complexe, obsolète et déficient comportant 750 branches inégales parmi lesquelles on compte 186 coquilles vides c’est-à-dire n’ayant obtenu aucun suffrages ou n’ayant déposé aucun dépôts d’accord et vous vous ferez une idée d’un contre-pouvoir qui ne possède plus les moyens de ses ambitions.

L’Etat- Stratège a besoin d’authentiques syndicats de branche en tant que partenaires pour lutter contre la désindustrialisation et les délocalisations, pour réorganiser la Formation Professionnelle et la Recherche, pour palier la déficience du secteur bancaire, pour protéger et promouvoir les métiers de demain face à l’uberisation et l’économie numérique ainsi que pour s’opposer à l’Europe de Bruxelles. Les organisateurs du colloque ont émis trois propositions pour réorganiser le monde syndical. Tout d’abord se fixer l’objectif d’atteindre un taux de syndicalisation supérieur à 25% pour que les syndicats soit vraiment perçus comme des organisations représentatives de l’ensemble des travailleurs français. Ensuite œuvrer à la rénovation des branches professionnelles ainsi qu’à leur simplification et leur regroupement par secteurs cohérents. Enfin mettre en place une gouvernance mixte non éclatée.

 

Lien Permanent pour cet article : http://vrbm.poweredbyclear.com/flexshare/vrbm/?p=4239