«

»

Juin 18

Waterloo il y a 200 ans

Napoléon dans son cabinet de travail, Jacques-Louis David, 1812

Communiqué de presse du Front National

En ce 18 juin 2015, nous commémorons le bicentenaire de la bataille de Waterloo qui vit sur cette « morne plaine » de Belgique, la défaite de la France de Napoléon face aux armées anglo-prussiennes.

Waterloo n’est pas une bataille ordinaire, elle demeure 200 ans après la tragédie, la plus glorieuse de nos défaites et celle qui fut la plus commentée par les historiens et les passionnés du monde entier.

L’Europe célèbre aujourd’hui en grande pompe son triomphe dans un défilé de têtes couronnées et de chefs d’Etat. Le gouvernement français a décidé, une fois n’est pas coutume, de ne pas sombrer dans la repentance habituelle de nos élites en refusant de participer aux festivités.

On se rappelle que le 21 octobre 2005, Jacques Chirac et Dominique de Villepin, gaullistes d’opérette, avaient envoyé le porte-avions Charles de Gaulle commémorer le désastre naval de Trafalgar lors d’une improbable soirée franco-britannique. Quelques semaines plus tard, le bicentenaire d’Austerlitz, la plus belle victoire française de notre Histoire, était jeté aux oubliettes. Couvrez cette gloire que je ne saurais voir…

En exaltant Waterloo, l’Europe met à l’honneur la défaite de la France et la fin de son hégémonie. Elle vante également le rétrécissement de son territoire, la perte de toutes ses conquêtes révolutionnaires et la condamnation de ses idées universelles. Cette funeste journée du 18 juin 1815 symbolise le triomphe de la réaction sur les Lumières, de la servitude sur la Liberté, des droits féodaux sur le Code civil, de la naissance sur le mérite et le talent. C’est la victoire de l’Europe des rois sur l’Europe des peuples. La France ne pouvait décemment pas y participer.

Mais Waterloo est aussi une formidable leçon pour tous les amoureux de la France et de sa grandeur. Par la bouche du général Cambronne et la superbe de ses 5 lettres entrées dans l’Histoire, la France disait « NON » à la soumission, non à l’asservissement, non à la perte de sa souveraineté.

Aujourd’hui encore, chaque Français détient en lui une part de Waterloo : le panache, l’amour de la Liberté, la volonté farouche de résister, la soif d’indépendance et l’intention toujours vivace d’étonner le monde.

200 ans après les événements, non loin du plateau de Mont-Saint-Jean, au Parlement européen à Bruxelles, des Français luttent toujours pour la préservation de notre souveraineté et de nos libertés.

Les députés du Front National ne sont plus seuls pour mener ce combat.

La création du groupe Europe des nations et des libertés, et ses 36 élus patriotes européens, constitue un formidable acte de résistance à la technocratie européiste et représente un immense espoir pour les peuples menacés par l’Eurodictature.

Lien Permanent pour cet article : http://vrbm.poweredbyclear.com/flexshare/vrbm/?p=2149